Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Musset, Les Caprices de Marianne, I, scène 1.

Extrait étudié : Musset, Les Caprices de Marianne, I, scène 1. Une rue devant la maison de Claudio MARIANNE, sort de chez elle, un livre de messe à la main. CIUTA, une vieille femme, l'aborde. CIUTA. – Ma belle dame, puis-je vous dire un mot ? MARIANNE. – Que me voulez-vous ? CIUTA. – Un jeune homme de cette ville est éperdument amoureux de vous ; depuis un mois entier, il cherche vainement l'occasion de vous l'apprendre. Son nom est Cœlio; il est d'une noble famille et d'une figure distinguée. MARIANNE. – En voilà assez. Dites à celui qui vous envoie qu'il perd son temps et sa peine, et que, s'il a l'audace de me faire entendre une seconde fois un pareil langage, j'en instruirai mon mari. Elle sort.. CŒLIO, entrant – Eh bien ! Ciuta, qu'a-t-elle dit ? CIUTA. – Plus dévote1 et plus orgueilleuse que jamais. Elle instruira son mari, dit-elle, si on la poursuit plus longtemps. CŒLIO. – Ah ! malheureux que je suis, je n'ai plus qu'à mourir. Ah ! la plus cruelle de toutes les femmes ! Et que me conseilles-tu, Ciuta ? Quelle ressource puis-je encore trouver ? CIUTA. – Je vous conseille d'abord de sortir d'ici, car voici son mari qui la suit. Ils sortent. Entrent Claudio et Tibia CLAUDIO. – Es-tu mon fidèle serviteur ? Mon valet de chambre dévoué ? Apprends que j'ai à me venger d'un outrage. TIBIA. – Vous, Monsieur ! CLAUDIO. – Moi-même, puisque ces impudentes guitares ne cessent de murmurer sous les fenêtres de ma femme. Mais, patience ! tout n'est pas fini. Ecoute un peu de ce côté-ci : voilà du monde qui pourrait nous entendre. Tu m'iras chercher ce soir le spadassin2 que je t'ai dit. TIBIA. – Pour quoi faire ? CLAUDIO. – Je crois que Marianne a des amants3. TIBIA. – Vous croyez, Monsieur ? CLAUDIO. – Oui; il y a autour de ma maison une odeur d'amants; personne ne passe naturellement devant ma porte; il y pleut des guitares et des entremetteuses. TIBIA. – Est-ce que vous pouvez empêcher qu'on donne des sérénades à votre femme ? CLAUDIO. – Non, mais je puis poster un homme derrière la poterne et me débarrasser du premier qui entrera.
Extrait du commentaires :

Les Caprices de Marianne : pièce de théâtre écrite par Alfred de Musset qui paraît le 15 mai 1833 dans La Revue des Deux Mondes. Elle sera jouée à la Comédie-Française le 14 juin 1851.

 

Pièce composée de deux actes de trois et six scènes. L’intrigue se déroule à Naples, un Naples imaginaire et raconte l’histoire de Cœlio, un jeune homme qui tente désespérément de conquérir Marianne, elle-même déjà mariée.

Pièce qui appartient au courant du romantisme. Musset la qualifie de comédie mais elle s’apparente plutôt à la tragédie.

 

Extrait étudié : scène d’exposition.

Scène qui doit donc renseigner le spectateur sur les personnages, le genre, l’intrigue…

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Musset, Les Caprices de Marianne, I, scène 1." a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :