Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Hugo, Quatre Vingt Treize, Extrait du chapitre 2 (Deuxième partie)

Extrait étudié : Hugo, Quatre Vingt Treize, Extrait du chapitre 2 (Deuxième partie) Le premier de ces trois hommes était pâle, jeune, grave, avec les lèvres minces et le regard froid. Il avait dans la joue un tic nerveux qui devait le gêner pour sourire. Il était poudré, ganté, brossé, boutonné ; son habit bleu clair ne faisait pas un pli. Il avait une culotte de nankin, des bas blancs, une haute cravate, un jabot plissé, des souliers à boucles d'argent. Les deux autres hommes étaient, l'un, une espèce de géant, l'autre, une espèce de nain. Le grand, débraillé dans un vaste habit de drap écarlate, le col nu dans une cravate dénouée tombant plus bas que le jabot, la veste ouverte avec des boutons arrachés, était botté de bottes à revers et avait les cheveux tout hérissés, quoiqu'on y vît un reste de coiffure et d'apprêt ; il y avait de la crinière dans sa perruque. Il avait la petite vérole sur la face, une ride de colère entre les sourcils, le pli de la bonté au coin de la bouche, les lèvres épaisses, les dents grandes, un poing de portefaix, l'oeil éclatant. Le petit était un homme jaune qui, assis, semblait difforme ; il avait la tête renversée en arrière, les yeux injectés de sang, des plaques livides sur le visage, un mouchoir noué sur ses cheveux gras et plats, pas de front, une bouche énorme et terrible. Il avait un pantalon à pied, des pantoufles, un gilet qu i semblait avoir été de satin blanc, et par-dessus ce gilet une roupe dans les plis de laquelle une ligne dure et droite laissait deviner un poignard. Le premier de ces hommes s'appelait Robespierre, le second Danton, le troisième, Marat.
Extrait du commentaires :

HTML clipboardQuatre-vingt-treize est le dernier roman de Victor Hugo. Comme son titre l'indique, c'est une épopée de la Révolution française qui met en scène un aristocrate, un noble combattant dans les rangs de la Révolution et un homme du peuple incarnant l'intransigeance de la Convention. Ce roman rend compte de l'évolution politique de Victor Hugo ainsi que de sa conception du roman historique. Ainsi, cet extrait présente de façon objective, semble-t-il, le portrait de trois „ figures remarquables de la Révolution et plus précisément de la Convention. Nous verrons qu'en réalité l'objectivité cède le pas au mythe, chaque notation réaliste n'étant qu'un prétexte pour qu'affleurent le sens et la définition historique des personnages : la Terreur froide de Robespierre, le tribun populaire qu'est Danton et la violence malsaine représentée par Marat.
 Comment se mêlent le mythe et la réalité ?

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Hugo, Quatre Vingt Treize, Extrait du chapitre 2 (Deuxième partie)" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :