Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : François VILLON (1431-x) (Recueil : Le testament) - Ballade et oraison

Extrait étudié : François VILLON (1431-x) (Recueil : Le testament) - Ballade et oraison

Père Noé, qui plantâtes la vigne,
Vous aussi, Loth, qui bûtes ou rocher,
Par tel parti qu'Amour qui gens engigne
De vos filles si vous fit approcher
(Pas ne le dis pour le vous reprocher),
Archetriclin, qui bien sûtes cet art,
Tous trois vous pri que vous veuillez prêcher
L'âme du bon feu maître Jean Cotart !

Jadis extrait il fut de votre ligne,
Lui qui buvoit du meilleur et plus cher,
Et ne dût-il avoir vaillant un pigne ;
Certes, sur tous, c'étoit un bon archer :
On ne lui sut pot des mains arracher ;
De bien boire oncques ne fut fêtart.
Nobles seigneurs, ne souffrez empêcher
L'âme du bon feu maître Jean Cotart !

Comme homme vieil qui chancelle et trépigne,
L'ai vu souvent, quand il s'alloit coucher,
Et une fois il se fit une bigne,
Bien m'en souvient, pour la pie juchier ;
Bref, on n'eût su en ce monde cercher
Meilleur pïon, pour boire tôt ou tard.
Faites entrer quand vous orrez hucher
L'âme du bon feu maître Jean Cotart !

Prince, il n'eût su jusqu'à terre cracher ;
Toujours crioit : " Haro ! la gorge m'ard. "
Et si ne sût onc sa seuf étancher
L'âme du bon feu maître Jean Cotart.
Extrait du commentaires :

C’est sous le nom de François de Montcorbier ou de François des Loges que paraît, en 1449, dans les registres de l’université de Paris, le nom d’un jeune homme, reçu bachelier à la faculté des arts. Il a alors dix-huit ans. Rixes et vols l’obligent à quitter Paris, en 1455. La lettre de rémission, qui lui permet de revenir à Paris, précise cette fois à son propos : “ Maître François des Loges autrement dit Villon ”. Ce maître-là, qui a pris le nom de son professeur, Guillaume Villon, vole cinq cents écus d’or dans le collège de Navarre, en 1456. Une fois de plus, il doit fuir Paris. Il est à Angers où il vole encore. Il est à Bourges, il est à Blois, chez Charles d’OrléansF063. En 1461, il est dans les prisons de l’évêque d’Orléans à Meung-sur-Loire. Il revient à Paris en 1562 et s’y retrouve une nouvelle fois emprisonné, cette fois au Châtelet, pour vol encore. Il ne sort de prison que le 7 novembre 1463. A cause d’une rixe, il est condamné à être pendu et étranglé. Il fait appel. Il est banni pour dix ans de Paris. Et il disparaît. Ses poèmes en octosyllabes, ou en décasyllabes passent de la trivialité au lyrisme, de l’immoralisme à la foi, de la sensualité au pessimisme. Qui plus est, ils reprennent à leur compte l’argot des Coquillards, malfaiteurs du XVe siècle, aussi bien que le vocabulaire élaboré de la Sorbonne. Cette liberté fonde l’une des exigences de la langue française. 

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "François VILLON (1431-x) (Recueil : Le testament) - Ballade et oraison" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :