Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Chateaubriand, Les Mémoires d'outre tombe. Partie 1 livre V : Portrait de Mirabeau

Extrait étudié : Chateaubriand, Les Mémoires d'outre tombe. Partie 1 livre V : Portrait de Mirabeau La laideur de Mirabeau, appliquée sur le fond de beauté particulière à sa race, produisait une sorte de puissante figure du Jugement dernier de Michel-Ange, compatriote des Arrighetti . Les sillons creusés par la petite-vérole sur le visage de l'orateur, avaient plutôt l'air d'escarres laissées par la flamme. La nature semblait avoir moulé sa tête pour l'empire ou pour le gibet, taillé ses bras pour étreindre une nation ou pour enlever une femme. Quand il secouait sa crinière en regardant le peuple, il l'arrêtait ; quand il levait sa patte et montrait ses ongles, la plèbe courait furieuse. Au milieu de l'effroyable désordre d'une séance, je l'ai vu à la tribune, sombre, laid et immobile : il rappelait le chaos de Milton, impassible et sans forme au centre de sa confusion. Mirabeau tenait de son père et de son oncle qui, comme Saint-Simon, écrivaient à la diable des pages immortelles. On lui fournissait des discours pour la tribune : il en prenait ce que son esprit pouvait amalgamer à sa propre substance. S'il les adoptait en entier, il les débitait mal ; on s'apercevait qu'ils n'étaient pas de lui par des mots qu'il y mêlait d'aventure, et qui le révélaient. Il tirait son énergie de ses vices ; ces vices ne naissaient pas d'un tempérament frigide, ils portaient sur des passions profondes, brûlantes, orageuses. Le cynisme des moeurs ramène dans la société, en annihilant le sens moral, une sorte de barbares ; ces barbares de la civilisation, propres à détruire comme les Goths, n'ont pas la puissance de fonder comme eux : ceux-ci étaient les énormes enfants d'une nature vierge, ceux-là sont les avortons monstrueux d'une nature dépravée.
Extrait du commentaires : La publication d'Atala (1801) et surtout du Génie du christianisme (1802) attire sur le jeune auteur l'attention de Bonaparte. Il est alors nommé secrétaire d'ambassade à Rome, puis chargé d'affaires au Valais, mais démissionne en apprenant l'exécution du duc d'Enghien. Le prétexte qu'il donne (la santé de sa femme) ne trompe personne : Chateaubriand est entré dans l'opposition. Collaborateur du Mercure de France, il publie en 1807 une page magnifique vilipendant la tyrannie, qui irrite profondément l'Empereur. L'écrivain s'exile alors à La Vallée-aux-Loups, sa résidence favorite. Les Martyrs (1809) et l'Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811) ajoutent à la gloire littéraire de «l'enchanteur». Elu en 1811 à l'Académie, il compose un discours dans lequel il prône la liberté, mais que Napoléon, courroucé, ne lui permet pas de prononcer. Il compose alors en cachette un pamphlet injuste et superbe, De Buonaparte et des Bourbons, qui paraîtra en avril 1814, après la chute de «Buonaparte». Pendant les Cent-Jours, Chateaubriand suit le roi à Gand, puis il entre à la Chambre des pairs, mais son ouvrage la Monarchie selon la Charte lui vaut une disgrâce momentanée. A cette époque grandit son amitié amoureuse pour Mme Récamier, qui illuminera sa vie. Rentré en faveur auprès du roi, il est ambassadeur à Berlin, puis à Londres, enfin ministre des Affaires étrangères (il décide alors, le 28 janvier 1823, l'expédition d'Espagne), mais se voit brutalement destituer par Villèle le 6 juin 1824. Après la chute de celui-ci, il accepte une ambassade à Rome et démissionne lorsque Polignac arrive au pouvoir. Conscient des fautes de Charles X, la révolution de 1830 ne le surprend pas. Ses dernières années se passent à terminer les Mémoires d'Outre-tombe. Il meurt à Paris le 4 juillet 1848.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "Chateaubriand, Les Mémoires d'outre tombe. Partie 1 livre V : Portrait de Mirabeau" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :