Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Spleen et Idéal, « Remords posthume »

Extrait étudié : Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Spleen et Idéal, « Remords posthume » Lorsque tu dormiras, ma belle ténébreuse, Au fond d'un monument construit en marbre noir, Et lorsque tu n'auras pour alcôve et manoir Qu'un caveau pluvieux et qu'une fosse creuse; Quand la pierre, opprimant ta poitrine peureuse Et tes flancs qu'assouplit un charmant nonchaloir, Empêchera ton coeur de battre et de vouloir, Et tes pieds de courir leur course aventureuse, Le tombeau, confident de mon rêve infini (Car le tombeau toujours comprendra le poète), Durant ces grandes nuits d'où le somme est banni, Te dira : « Que vous sert, courtisane imparfaite, De n'avoir pas connu ce que pleurent les morts ? » ? Et le ver rongera ta peau comme un remords.
Extrait du commentaires :

La femme à qui s’adresse le poème semble être Jeanne Duval, la « Vénus noire ». À travers une forêt de symboles, plus macabres les uns que les autres, le poète souhaite que cette « belle ténébreuse » connaisse la douleur éternelle du remords, ainsi que nous pouvons le noter à plusieurs reprises aux vers 1, 11 et 14. Il s’agit également de percevoir le thème du carpe diem, traduit dans ce contexte grâce à un registre tragique, à mi-chemin entre la lyrique de Ronsard et l’ironie sarcastique des poètes désenchantés du XIXe siècle. Le lecteur est confronté à l’évocation de l’élan vital d’une femme, aimée et détestée à la fois comme l’indique l’expression « courtisane imparfaite », que le poète désire étouffer. Baudelaire, en effet, accompagne ce chant désespéré par une méditation sur la mort et les ravages du temps.
 
Comment une femme aimée peut-elle devenir l’objet d’une telle haine et de la sorte devenir un objet poétique ? Il y a presque ici un refus du lyrisme et de ses traditions qui se dit dans la violence des images. En conséquence cette mise à mort de la femme n’est-elle pas également une mise à mort de la poésie classique qui doit faire place dorénavant à une poésie moderne, à une poésie baudelairienne ?

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Spleen et Idéal, « Remords posthume »" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :