Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Céline, Voyage au bout de la nuit.

Extrait étudié : Céline, Voyage au bout de la nuit. Sous le pont, l'eau était devenue toute lourde. J'avais plus du tout envie d'avancer. Aux boulevards, j'ai bu un café crème et j'ai ouvert ce bouquin qu'elle m'avait vendu. En l'ouvrant, je suis tombé sur une page d'une lettre qu'il écrivait à sa femme le Montaigne, justement pour l'occasion d'un fils à eux qui venait de mourir. Ca m'intérressait immédiatement ce passage, probablement à cause des rapports que je faisais tout de suite avec Bébert. Ah! qui lui disait le Montaigne, à peu près comme ça à son épouse. T'en fais pas va, ma chère femme ! Il faut bien te consoler !... Ca s'arrangera !... Tout s'arrange dans la vie... Et puis d'ailleurs, qu'il lui disait encore, j'ai justement retrouvé hier dans des vieux papiers d'un ami à moi une certaine lettre que Plutarque envoyait lui aussi à sa femme, dans des circonstances tout à fait pareilles aux nôtres... Et que je l'ai trouvée si joliment bien tapée sa mettre ma chère femme, que je te l'envoie sa lettre !... C'est une belle lettre ! D 'ailleurs je ne veux pa t'en priver plus longtemps, tu m'en diras des nouvelles pour ce qui est de guérir ton chagrin!... Ma chère épouse ! Je te l'envoie la belle lettre ! Elle est un peu la comme celle de Plutarque !... On peut le dire ! Elle a pas fini de t'interésser!... Ah ! non ! Prenez- en connaissance ma chère femme ! Lisez-la bien ! Montrez-la aux amis. Et relisez-la encore ! Je suis bien tranquille à présent ! Je suis certain qu'elle va vous remettre d'aplomb !... Vostre bon mari. Michel. Voilà que je me dis moi, ce qu'on peut appeler du beau travail. Sa femme devait être fière d'avoir un bon mari qui s'en fasse pas comme son Michel. Enfin, c'était leur affaire à ces gens. On se trompe peut-être toujours quand il s'agit de juger le coeur des autres. Peut-être qu'ils avaient vraiment du chagrin ? DU chagrin de l'époque ? Mais pour ce qui concernait Bébert, ça me faisait une sacrée journée. Je n'avais pas de veine avec lui Bébert, mort ou vif. Il me semblait qu'il n'y avait rien pour lui sur terre, même dans Montaigne. C'est peut-être pour tout le monde la même chose d'ailleurs, dès qu'on insiste un peu, c'est le vide. Y avait pas a dire, j'étais parti de Rancy depuis le matin, fallait y retourner, et j'avais rien rapporté. J'avais rien absolument à lui offrir, ni à la tante non plus
Extrait du commentaires :

Voyage au bout de la nuit est un roman publié par Céline en 1932, dans lequel le narrateur, Bardamu, traverse plusieurs expériences – la première Guerre mondiale, la colonisation en Afrique, le système tayloriste et capitaliste à New York – avant de revenir en banlieue parisienne, à Rancy, où il s’établit comme médecin. Cette errance est rapportée par lui avec amertume et violence, d’une manière brute et immédiate : l’ensemble du roman se caractérise par un recours permanent à une langue orale, souvent argotique, qui épouse les mouvements de la réflexion amère de Bardamu, et par une exploration des thèmes du dégoût, de la désillusion, de l’absurdité et de la violence de la vie.

Le passage à commenter se situe dans la dernière partie du roman : Bardamu, revenu de ses voyages, s’est installé comme médecin et s’est pris d’amitié pour un petit garçon, Bébert, qui va mourir de maladie sans que Bardamu ne puisse l’aider. L’épisode de la mort de Bébert constitue donc un ultime exemple, pour Bardamu, de la cruauté absurde de la vie. Dans notre texte, on peut assister à une tentative – vouée à l’échec – d’attribution d’un sens à la mort de Bébert par la lecture d’un extrait des Essais de Montaigne. Ainsi, le passage par la lecture – presque par hasard, d’ailleurs – d’une page de philosophie essayant d’offrir une consolation de la mort, dans la tradition stoïcienne notamment, ne fait qu’aboutir à un retour au nihilisme et au sentiment de l’absurde qui caractérise l’ensemble de l’œuvre : la tentative de donner du sens aux événements humains semble alors nécessairement vouée à l’échec.

Le texte se compose de deux mouvements enchâssés l’un dans l’autre : un mouvement qui sert de cadre à l’ensemble du texte, au début et à la fin, et qui présente le narrateur méditant sur le sort de Bébert et faisant le constat de son impuissance ; un second mouvement, qui constitue le centre du texte, consacré à la lecture par Bardamu d’une page de Montaigne. De cette manière, l’impuissance et la vaine recherche d’une consolation ou d’un sens se répondent et finissent par donner à voir l’absurdité et la cruauté sans issue de la vie humaine. Le commentaire devra s’attacher à montrer par quels moyens langagiers le texte met en place cette absurdité et cette cruauté, avec un pessimisme sans nuances.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Céline, Voyage au bout de la nuit." a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :