Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Alexandre Vialatte, Dernières nouvelles de l'homme, Julliard, 1978.

Extrait étudié : L'automne s'obstine au flanc des coteaux. Du maïs, des oiseaux s'envolent. Des feux s'allument dans les jardins. Il en monte de hautes fumées. L'air sent le céleri, les fanes de pommes de terre. La ampagne est calme et muette. On voit au loin, contre le ciel ... Un escalier, çà et là, ne mène à rien. D'une maison basse, il n'est resté que le perron, avec sa rampe en fer forgé. Une haute pour voûtée porte une date inscrite dans la pierre ; elle s'ouvre sur une cour sans murs et tout envahie par l'ortie. C'est le théâtre de l'absence. Tous les habitants sont partis. Il y a soixante ans, ils étaient trois cents ; il y trente ans, ils étaient trente. Aujourd'hui, il n'y en a plus un. Si, peut-être, une vieille femme assise sur les marches de son seuil noir, une écuelle entre les genoux. Elle mange sa soupe. Le soir descend. La nuit arrive. Pas une lumière. La rue «Qui-monte» est vide, comme la rue «Qui-descend». Que fait la vieille? Elle reste là. Telle une pomme oubliée sur un pommier d'automne. Elle ne fait pas autre chose que rester. Pour rester. Le soir à l'heure des chauves-souris, elles erre dans les deux rues, ombre parmi les ombres, et frappe aux portes des maisons abandonnées. Elle parle aux morts et aux absents. Et le jour, elle parle à ses chèvres. Alexandre Vialatte, Dernières nouvelles de l'homme, Julliard, 1978.
Extrait du commentaires :

La désertification des campagnes a souvent inspiré les écrivains, comme Giono par exemple. À travers ces chroniques de villages qui meurent peu à peu, c'est la peinture de tout un monde qui disparaît, irrémédiablement condamné par le progrès : tel est le thème d'un texte d'Alexandre Vialatte (1901-1991), écrivain d'origine auvergnate, auteur de trois beaux romans, et de divers articles pour le journal La Montagne, volontiers amusés et ironiques, traducteur enfin, et introducteur en France, de l'œuvre de Kafka. Dans un extrait des Dernières Nouvelles de l'Homme, publiées en 1978, Vialatte nous parle de la campagne, de la nature automnale, d'un village abandonné, où seule reste une vieille femme pour témoigner de l'existence d'un passé révolu. Mais, grâce à une construction rigoureuse, à des images incisives, le texte n'est pas seulement la description d'un monde privé peu à peu de vie : c'est un combat plus intense qui s'y livre, celui - éternel, quasi mythique, des forces de la Lumière et de l'Obscurité, de la mort et de la vie.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Alexandre Vialatte, Dernières nouvelles de l'homme, Julliard, 1978." a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :